Vous êtes dans : Accueil › Actualités

Actualités

Le 18 mars 2014

Révision de la loi sur l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG)

“Mettre la loi en conformité avec la pratique”, tel est bien le sens de l’amendement ...

Révision de la loi sur l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG)

 

“Mettre la loi en conformité avec la pratique”, tel est bien le sens de l’amendement qui vient d’être voté par l’Assemblée Nationale.

La notion de “détresse”, contenue dans la loi Veil de 1975 disparaît ainsi totalement. La raison en est simple : Ce terme de “détresse” ne signifie aujourd’hui plus grand-chose, à la fois pour la vie de la mère et/ou de l’enfant, étant entendu par ailleurs que l’IVG pour raisons thérapeutiques est, elle, admise depuis longtemps.

Par ailleurs, force est de constater qu’une femme peut aujourd’hui demander une IVG, non parce qu’elle est dans une situation de “danger” d’un point de vue psychologique ou physique, mais uniquement parce qu’elle ne souhaite pas poursuivre sa grossesse, pour des raisons personnelles.

Les partisans du droit de la famille traditionnelle n’ont pas réussi à empêcher cette réforme, très significative de l’évolution actuelle du droit et de la société française.

Cette loi réaffirme de façon très nette l’autonomie de la femme à prendre pour elle-même les décisions qui la concernent et qui concernent son enfant à naitre.

Même si dans la très grande majorité des cas, la décision de procréer est une décision qui concerne le couple, la décision qui concerne le corps de la femme et de son enfant est désormais reconnue comme un droit propre à la femme.

Du point de vue de la vie en société, chaque individu et au cas présent, la femme, devient un sujet de droit acteur direct de sa propre vie.

Autres actualités

» Voir toutes les actualités

Agrandir le texte :
A | A+ | A+